Un bord de mer

Depuis quelque temps nos conversations glissaient souvent sur des allusions de plus en plus marquées concernant le sexe, peut être était-ce les textos ou pour mieux dire sextos qu’ elle recevait de son nouvelle amant qu’ elle ne voyait que peu pour de multiples raisons.
Cela étant j’avais toujours eu une attirance physique pour elle.

Ce jour la nous préparions le repas pour tous et j’épluchais quelques légumes aux formes phallique:
M-« tien regarde moi ça, bien douce et lisse, c’est comme ça que tu les aimes les courgettes? » Je la vie sourire.
E-Oula elle est un peu grosse!
M-avec un peu de patience ,( et je pris une bouteille d’huile en main) et un peu d’huile, ça devrait bien glisser.
E- La patience j’en ai plus, mais question glisse je suis au top niveau ».
Voila le genre de discussion que nous avions tout bas pour ne pas être entendu de tous.

Le soir je proposais à tous une rando sur le sentier côtier pour le lendemain matin bien entendu personne ne me répondis, à part elle.
E-« moi je vais aller courir plutôt… »

Le lendemain vers huit heure je part donc en solitaire faire ma ballade, je traverse le village et m’engage sur la grève en direction du chemin de rando, c’est à ce moment que j’entends une voie appeller derrière moi.
E »-hey attends tout compte fait je viens avec toi ».
Elle arrivait en courant habillé d’un pantalon de sport très collant et d’un débardeur qui laissait pointer le bout de ses deux seins.
M-« tu as changé d’avis?
E-oui c’est un peu monotone toute seule.
M- Et bien allons y, honneur aux Dames… »
Elle me dépasse en me frôlant, une odeur douce et piquante, mélange de son parfum et de transpiration me dilate les narines et me procure un frisson d’excitation.
Je la regarde passé devant moi, son petit cul bien moulé dans son vêtement collant.

Nous avons cheminé tout en discutant de choses et d’autres puis je lui proposais une baignade lorsque nous arriverions au bords de mer, un endroit désert peu exposé à la vu d’autre promeneur.
E-« mais j’ai pas de maillot pour la baignade.
M- Moi non plus.
E- Tu te baignes en sous vêtement?
M- Ben non à poil, il n’y a personne.
E- Non arrête tu vas pas faire ça.
M- Tu as déjà vu un mec tout nu quand même, en plus moi ya pas grand chose à voir…
E- Bon aller, soyons fou. »

Arrivés sur la plage de galet je trouvais un endroit surplombé par une pente abrupte, des arbres qui nous dominaient nous cachaient ainsi totalement du regard des randonneurs qui aurais pu passer par le chemin au dessus de nous.
C’était marée haute il faisait un grand soleil qui nous réchauffait et la marche nous avait mis tout deux en sueur.
M-« Moi j’ai trop chaud j’y vais. »
Et je commence à quitter chaussures chaussettes short et T-shirt, me voila en boxer. Elle fit de même et se retrouva en brassière de sport et string.
E-« tu m’avais pas dit que tu te baignais à poil? »
Alors lui tournant le dos j’enlevais mon boxer. Mon sexe et mon pubis était rasés de prêt ma verge un tout petit peu gonflé par l’excitation de la voir en sous vêtements. Quand je me retournais son regard fut immédiatement attiré par mon membre lisse, puis croisa ensuite le mien et j’y vis une lueur d’envie concupiscente.
M-« Et bien c’est parti, a la flotte!!! »
Je pénétrais dans l’eau fraiche assez rapidement, mon sexe perdit tout de suite ce début de turgescence et se rétracta au contact du froid. Je me retournais pour l’observais indécise au bord de l’eau.
E-« Elle est bonne?
M-Un peu fraiche mais ça fait du bien, allez viens!!! »

J’avais très envie de la voir nue, mon désir montait en moi, je l’observais attacher ces cheveux pour ne pas les mouiller. Alors elle dégrafe son soutient gorges et libère deux seins parfait avec de petites aréoles roses et pointues, elle se débarrasse ensuite de son string découvrant sous mes yeux le petit triangle poilu de son pubis. Un triangle pointu, bien épilé sur les bords, la pointe coïncidait exactement avec le début de la fente de sa vulve qui était parfaitement lisse. Ses grandes lèvres charnues laissaient a peine dépasser la chaire rose du reste de son sexe.

Je n’ai jamais su contrôler une érection, si tenté que l’on puisse le faire, c’est donc les yeux plein d’envie et d’excitation que je la vis pénétrer doucement dans l’eau.

Je la regardait s’approcher en nageant son corps svelte glissant dans l’eau claire que le soleil inondé. Ses seins comme en apesanteur forment de belles sphères rondes. Étant plus grand qu’elle j’avais encore pied en ayant de l’eau jusqu’au cou.
Tout à coup elle se mit à geindre.
– » Oulala j’ai une crampe attrape moi je peux plus nager. »
Alors je la saisie par le bras et l’attire contre moi, elle s’agrippe à mon cou, m’étreint les anches avec ses jambes ma queue en érection se retrouve entre les lèvres de sa chatte, et les lèvres de nos bouches s’écrasent dans un long baiser sensuel, nos langues se mêlent et s’entre-mêlent, le gout salé de l’eau de mer pénètre nos bouches.
J’attrape ses fesses à deux mains et les malaxe elles sont fermes et charnues à la fois.
Nous commençons un va et vient lent et mon sexe frotte le sien sans le pénétrer ,elle est comme assise sur une branche chaude sa fente glissant bercée par la houle des vagues.
Peu à peu ses jambes pressent mon corps pour ajuster le frottement sur le bouton de son clitoris , joug contre joug j’entends sa respiration changer sa bouche s »entre ouvre, le plaisir est la. Elle prononce des petits oui dans son souffle qui stimulent mes caresses et mon va et vient aquatique.
Ses muscles se contractent soudain, son étreinte fut plus forte, elle rejeta sa tête en arrière et dans une longue plainte jouissive sa peau se couvrit de frisson, « – ho ouiiii, c’est bon ». je sentait sur ma queue les spasmes de son périnée et les contractions anales que provoquent la jouissance.
Elle pris ensuite mon visage dans ses mains et m’embrassa d’un long baisé sensuel et charnel.
Alors elle se blottie sur mon épaule et me dit
– » j’ai froid et j’ai très envie de sucer ta queue toute lisse… »

Après être sortie de l’eau nous avons trouvés sur la berge un endroit tranquille et très ensoleillé. encore recouverte de frisson je caresse sa peau, prends ses seins dans mes mains ils sont durs et frais je caresse les tétons raidis alors que ses mains ont pris la direction de mon sexe,
-« C’est doux »
Elle malaxe mes couilles avec adresse, tire avec douceur ma peau rasé.
E- « j’ai très envie que tu jouisses dans ma bouche, envie de ton sperme chaud qui coule dans ma gorge. »Alors elle commença a me mordiller le téton.
E- » Hey c’est vraiment très salé!!! »
M-Attend j’ai ce qu’il faut » je récupère ma gourde et rince mon sexe avec l’eau douce.
« -j’en garde pour toi parce que j’ai aussi très envie d’explorer ta vulve avec ma langue… »
Elle s’accroupit devant ma bite dressée, de sa main gauche saisie la hampe de ma queue et commence par la branler doucement de la droite elle enveloppe mes couilles en les tirant vers le bas pour bien faire descendre mes testicules dans les bourses, puis en formant un anneau avec sont pouce et son index interdit toute remonté de celle ci vers l’intérieur. Mes boules se retrouve dans le creux de sa douce main chaude.

Excité par ces préliminaire, la première goutte de lubrifiant visqueuse pointe de la fente de mon gland, elle sort sa langue en pointe et butine du bout de celle si mon nectar translucide.
E- » Sa aussi c’est salé… »
Puis elle fait glisser tout le gland entre ses lèvres en une sussions voluptueuse, sa main tire sur ma peau pour découvrir au maximum mon sexe gonflé de désir. Le va et vient buccale commence je sent sa langue tourner autour de ma bite elle veut la mettre tout entière au fond de sa bouche. Quel délice,je prends de grandes respirations et je râle de plaisir
M- « Ho oui c’est bon…. »
Cette fellation divine s’accompagne d’un vigoureux massage des mes couilles, elle les serre et les étire à la limite de la douleur. Alors une fois que la peau et bien distendue et que mes couilles sont pendantes entre mes cuisses elle délaisse pour un moment ma queue, passe en dessous pour me sucer les testicules en gobe une dans sa bouche et me la suce comme pour en sortir directement le sperme qu’elle contient, puis change pour en sucer l’autre.
Je n’en peu plus , je suis au bord de l’explosion.
M-« je vais jouir… »
A ces mots elle se précipite sur ma queue et l’enfonce dans sa bouche. Un frisson m ’étreint le bas du ventre et j’explose en foudre mon foutre visqueuse et chaque succion de sa bouche m’arrache un râle de plaisir et une contraction du périnée qui fait sortir de ma bite le sperme tant convoité par ma belle suceuse. Elle m’assèche et me dévore…
Mon sexe se détend comme si elle en avait aspiré toute la substance vitale. Je suis vidé.

Elle attrape mes mains, se redresse et me donne un long baisé au gout de sperme.
E-« Tu as aimé , ça t’a plu?
M -Oui beaucoup, j’adore ça!
E- Moi aussi j’adore ça, me remplir de la jouissance d’un mec, de sa totale vulnérabilité, cette gicler de sperme dans ma bouche c’est à chaque fois une surprise et une découverte. Et avec des couilles lisses comme les tiennes c’est encore plus jouissif.
M-Je suis sure moi aussi que je vais faire une belle découverte. « Et je glissais ma main entre ses cuisses pour lui caresser la chatte.
E- J ‘espères que tu vas apprécier l’expérience autant que moi.
M-« Viens on va trouver un endroit confortable pour s’allonger. »

N’ayant pas de serviettes, j’avais étendu nos vêtement sur la roche pour éviter que l’on se blesse, elle s’allongea sur le dos et je me mis au dessus d’elle à quatre pattes pour ne pas écraser se corps frêle.
Je commençais par embrasser son visage puis sa bouche en aspirant sa langue que je suce doucement, tout n’était que sel.
M-« C’est le moment d’utiliser l’autre partie de l’eau de ma gourde.
Je prends une gorgée d’eau dans ma bouche et me penche sur son sein droit, j’entre-ouvres mes lèvres et laisse couler l’eau sur son téton, l’effet fut immédiat, il pointât instantanément. J’en fait le tour avec ma langue il est doux et frais, je l’embrasse du bout des lèvres.
Elle soulève sa poitrine pour que j’enfourne son sein dans ma bouche, je l’aspire alors goulument je le lèche. j’avais pris son autre sein dans ma main et le caresse le malaxe, je fais rouler son téton entre mon pouce et mon index en le tirant doucement en l’air. Elle m’offre sa poitrine pour son plaisir. Nos regard sont fixés l’un a l’autre, j’évalue de cette façon le moment ou le plaisir devient douleur pour relâcher mon emprise.

Continuant vers l’objet du désir j’arrose son ventre plat en léchant sa peau douce et nouvelle pour moi, j’atteins comme cela les poils de son pubis. Cela faisait longtemps que mon visage n’avait plus rencontré de poil à cet endroit la, Je les respire avec délice, en caresse mon visage, le bout de mon nez fouille ce gazon d’une extrême douceur, je le lèche comme un chat fait sa toilette.Cela m’excite beaucoup et je sent mon sexe se regonflait de désir.
Ces longs préliminaire commencent à impatienter ma partenaire, je sentes son bassin se soulever pour que je passe à l’action dans un endroit plus chatouilleux pour elle.
Mais avant cela il fallait que j’enlève tout le sel de son entre-cuisse qui commençait à palpiter. Fini la douceur, je prends le flacon d’eau, lui montre pour ne pas la surprendre et lui verse l’eau fraiche entre les cuisses qu »elle a écarté largement. J’arrose sa petite fente rose et déjà brillante de sa mouille, l’eau pris son chemin guidé par les lèvres en direction de sa raie, glissant au passage sur l’étoile de son anus qui se contracte à son contact.

J’approche mon visage tout près de sa vulve, je regarde fasciné les plis et replis de ses chaires gonflées par le désir. Chaque nouvelle vulve est une découverte pour moi une nouvelle aventure vers le plaisir et la jouissance, tous mes sens sont focalisés sur sa chatte. Je caresse d’abord du bout de mes doigts ses grandes lèvres charnues et lisses si douces et chaudes, puis mes mains glissent sur la peau de l’intérieur des cuisses jusque sous ses genoux, je la sent frissonner, je reviens sur son sexe en pinçant délicatement le lobe de la petite lèvre qui dépasse souvent des grandes, je tire dessus pour la distendre cela découvre la nacre rose de son clitoris et l’orifice brillant et mouillé de son vagin.
Ma bouche, embrasse le pourtour de sa fente puis avec le bout du nez je passe légèrement sur celui-ci pour en respirer les odeurs divines qui stimulent mon début d’érection, et je me retrouve en un instant avec la queue bien raide qui palpite entre mes jambes.

C’est le signal pour moi, le début des délices, alors je plaque ma bouche contre se sexe brulant et ma langue s’enfonce dans sa fente.
Une explosion de saveur m’envahit la bouche. Elle pousse un râle de soulagement et je la sent s’ouvrir plus et se détendre pour encourager mes libations. Alors je bus tout le jus visqueuse et délicat de sa chatte, et pour en faire de nouveau couler de la source je me mets a concentrer mes caresses buccale sur son bouton de nacre turgescent qui pointe de son fourreau. J’écarte donc sa vulve avec mes doigts et du bout de ma langue taquine son clito.
E-« Oui c’est bon hmmmm, continu comme ça… »
J’aspire son bonbon durci plaque ma bouche entre sa fente, ma langue fouille avidement son trou qui mouille abondement, je lèche sa vulve brulante son clito vibre à chaque passage, elle se cambre pour s’offrir à ma langue, son pubis se soulève sa bouche s’entrouvre, ses râles de plaisir s’intensifient. J’attrape ses deux seins dans mes mains et m’y accroche, ils sont durs est tendus, elle plaque alors ses mains sur les miennes, je relâche un peu mon emprise puis elle commence un mouvement léger de rotation. Sa poitrine roule sous nos caresses jointes.

Je retire doucement mes mains puis les fait glisser sur ses hanches les passe derrière ses genoux, je lui relève alors les jambes doucement en lui repliant les genoux sur sa poitrine, cela à pour effet de dévoiler complétement sa fente rougie par mon cunnilingus et son anus plissé. C »est de lui que je veux m’occuper maintenant! J’ai calé son cul sur mes genoux ma queue se dresse au dessus de sa chatte mes couilles fraiches sont posées sur la chaire brulante et mouillée de sa vulve. Je la regarde dans les yeux.
E-« Baise moi, viens.
M- Tu es bien pressée.
E- Remplies moi avec ta queue.
M- Patience… »
Alors je saisie ma queue et du bout de mon gland plein de lubrifiant je parcours sa fente de haut en bas jusqu’au bouton anal ou je m’attarde un peu plus en y tournant autour, je le sent se rétracter…
M-« Détends toi un peu.
E- Qu’ est ce que tu comptes faire? Je suis pas à l’aise par la.
M- Oh tu ne pratiques pas le plaisir anale, ne t’inquiète pas je ne vais pas m’introduire, une sodomie ça se prépare, mais je veux quand même te faire découvrir le plaisir que peux te procurer les caresses de ton jolie petit trou.
M- Alors détends toi et laisse venir les choses abaisses tes barrières mentales vie pleinement l’instant présent. »

Elle ferme ses paupières prends une grande inspiration et se relâche doucement.

Je reprend alors mes caresses, la douceur de mon gland sur le pourtour de son trou la calme et je la sent se relâcher, en même temps je caresse doucement son clito avec la pulpe de mon pouce pour amplifier son état de détente, c’est un plaisir qu »elle connait bien et qui masque la réticence pour mes nouvelles caresses.
M- » Çà va? Tu ressens la chaleur douce sur ton anus?
E- Oui c’est agréable, et ton gland qui glisse dessus ça me fait de drôles de sensations, des frissons nouveaux.
M-Alors attend je vais les amplifier ses nouvelles sensations.
Je me décale de ses fesses me recule un peu et me penche pour lui lécher la vulve à nouveau, je taquine son clito , elle frissonne, mais je ne m’attarde pas je reprends le chemin de l’objet du désir.
Je suis à présent au bas de l’orifice de son vagin, il déborde de son jus qui c’est mélangé a mon lubrifiant, son anus brille de nos sécrétions sexuelles, je le voie palpiter à l’approche de ma langue.
Je fais le tour de sa pastille, son anus se rétracte, alors du bout de ma langue je glisse sur le milieu de se trou serré. Je l’entend gémir.
Je durcie ma langue en pointe et commence un lent va et vient léger dans son petit orifice, sa peau est parcourue d’une vague de frisson d’extase, je la sent s’abandonner sous la pression de ma langue chercheuse les plis de son anus se détendent et je la pénètre avec plus de facilité, je continue de la fouiller quelques instants puis me retire de son cul.

M- » Alors qu »en penses-tu?
E- Wouaou c’est vraiment spéciale j’adore.
M- Moi aussi j’adore ça, mettre ma langue dans un cul mais aussi que ma partenaire mette la sienne dans le mien…
E- J’aimerai beaucoup essayer.
M- Une autre fois j’espère, comme je te l’ai dit le plaisir anale se prépare…
E- Avec grand plaisir, maintenant que j’y ai gouté, j’aimerai ressentir ce qu’une queue me dilatant l’anus peu provoquer en moi comme sensations. Tu m’apprendras?
M- C’est donnant donnant, le sexe en harmonie c’est de l’échange j’aime pas le sens unique, es-tu prête toi aussi à me donner du plaisir de cette façon la?
E- Oui bien sure, je crois qu’avec toi les horizons du plaisir vont grandement s’élargirent. Qui l ‘eu cru…?
M- Il ne faut pas se fier aux apparences…Mais si on continuait notre exploration. Tournes toi et redresse ton cul.

A genoux devant moi le cul fière et dressé les reins creusés au maximum elle m’offre sa chatte, elle à un très jolie petit cul rond, je me positionne debout au dessus d’elle je fléchie les jambes et avec mon sexe commence à agacer sa raie, je la fais glisser des poils de son pubis jusqu’à son coccyx, elle entrouvre ces lèvres au passage et badigeonne son petit trou de nos deux secrétions de lubrifiant qui s’écoulent de nos orifices qui s’attirent au passage.
Et d’un coup puissant de mes reins je la pénètre jusqu’au bord des couilles, mon sexe et englouti comme aspiré par son vagin brulant de désir; Je m’accroche à ses hanche et la tire vers moi pour qu’elle s’empale encore plus sur mon pieux, Elle pousse un râle sonore en rejetant sa tête en arrière.
E-« Baise moi, remplies moi de ton foutre . »
Je commence un va et vient vigoureux, nous sommes tous les deux au bord du climax depuis longtemps cette séance anale nous a mis tout au bord de la jouissance. Il ne faut donc pas longtemps pour que nous éclations en jouissance. Ma que propulse une giclé de sperme qui me déchire le bas ventre, au même moment son vagin se contracte et elle éclate dans une extase sexuelle.
Encore quelque secousses pour étancher mon foutre et je me retire de son trou brulant un filet de sperme coule de sa fente, je caresse avec douceur sa vulve visqueuse, elle se retourne, prends mon sexe dans sa bouche pour récupérer les dernières gouttes de mon jus.
Elle se relève, m’embrasse avec fougue.
E- » J’espère qu’on va pouvoir continuer nos petites expériences. Mais il faut y aller maintenant… »

Laisser un commentaire